Airbus affiche de solides résultats pour 2018 et atteint ses objectifs

actualite-news-aeronautiques-spatiales
  • De solides performances 2018, objectifs atteints
  • Chiffre d’affaires à 64 milliards d’euros ; EBIT ajusté à 5,8 milliards d’euros ; Flux de trésorerie disponible avant fusions et acquisitions et financements-clients à 2,9 milliards d’euros
  • EBIT (reporté) à 5,0 milliards d’euros ; BPA (reporté) de 3,94 euros
  • Les livraisons d’A380 cesseront en 2021
  • Renégociation contractuelle du programme A400M
  • Proposition d’un dividende de 1,65 euro par action, en augmentation de 10 % par rapport à 2017
  • Les perspectives 2019 confirment la trajectoire de croissance

Amsterdam, 14 février 2019 – Airbus SE (symbole boursier : AIR) a publié de solides résultats consolidés pour l’exercice 2018 et atteint ses objectifs pour tous les indicateurs clés de performance.

« Même si 2018 fut une année de défis, nous avons respecté nos engagements, avec un niveau record de rentabilité grace à une excellente performance opérationnelle, en particulier au quatrième trimestre », a déclaré Tom Enders, Président exécutif (CEO) d’Airbus. « Compte tenu des 7 600 avions que compte notre carnet de commandes, nous entendons accélérer notre montée en cadence. Toutefois, au vu du manque de demande de la part des compagnies aériennes, nous devons réduire la production de l’A380.Cela est pris en compte en grande partie dans nos chiffres 2018. S’agissant de l’A400M, nous sommes parvenus à remettre à plat le programme avec nos clients gouvernementaux et les ratifications nationales devraient être finalisées au cours des prochains mois. En outre, nous avons significativement réduit les risques du programme A400M en 2018. La robustesse de nos résultats 2018 est reflétée par notre proposition d’un dividende record. En somme, Airbus est sur une solide trajectoire de croissance et nos activités Helicopters et Defence and Space sont également en bon ordre de marche, alors que la nouvelle équipe de direction s’apprête à prendre le relais sous la direction de mon successeur Guillaume Faury. »

Au 1er juillet 2018, le programme A220 a été totalement intégré au périmètre d’Airbus.

Airbus a enregistré 747 commandes nettes d’avions commerciaux (2017 : 1 109 avions), dont 40 A350 XWB, 27 A330 et 135 A220. Preuve de la vigueur du marché, le carnet de commandes a atteint un niveau record pour l’industrie, de 7 577 avions commerciaux à fin 2018, dont 480 A220(4). Les commandes nettes d’hélicoptères s’élèvent à 381 appareils (2017 : 335 appareils), à raison d’un ratio commandes nettes / livraisons supérieur à 1, en termes à la fois de valeur et d’unités. Les commandes incluent notamment 15 H160 et 29 NH90. Les prises de commandes d’Airbus Defence and Space ont représenté environ 8,4 milliards d’euros au cours de l’exercice, dont le contrat Eurofighter au Qatar, quatre avionsravitailleurs A330 MRTT et deux satellites de télécommunications de nouvelle génération.

Les prises de commandes consolidées(4) en 2018 ont totalisé 55,5 milliards d’euros, portant la valeur du carnet de commandes consolidé(4) à 460 milliards d’euros au 31 décembre 2018 selon la norme IFRS 15.

Le chiffre d’affaires consolidé progresse à 63,7 milliards d’euros (2017 : 59,0 milliards d’euros(1)), reflétant essentiellement le nombre record de livraisons d’avions commerciaux. Airbus a livré un total de 800 avions commerciaux (2017 : 718 avions), dont 20 A220, 626 avions de la Famille A320, 49 A330, 93 A350 et 12 A380. Airbus Helicopters a livré 356 appareils (2017 : 409 appareils) et enregistré un chiffre d’affaires stable en glissement annuel sur une base comparable, malgré une baisse des livraisons. L’augmentation du chiffre d’affaires d’Airbus Defence and Space a été soutenue par ses activités Space Systems et Military Aircraft.

L’EBIT ajusté consolidé – une mesure alternative de la performance et un indicateur clé reflétant la marge commerciale sous-jacente excluant les charges ou bénéfices significatifs induits par les variations des provisions pour les programmes, la restructuration, les effets de change ou encore les plus-values/pertes issues des cessions et acquisitions d’activités – s’est élevé à 5 834 millions d’euros (2017 : 3 190 millions d’euros(1)), reflétant la solide performance opérationnelle et la bonne exécution des programmes à travers toute l’entreprise.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!