Bilan 2015 : une année record pour l’Industrie Française Aéronautique, Spatiale, de Défense et de Sécurité

logo-gifas-www.aeromorning.com@dandurand

Marwan LAHOUD, président du GIFAS, a présenté le mardi 3 mai 2016, les résultats 2015 de l’Industrie Française Aéronautique, Spatiale, de Défense et de Sécurité.

« 2015 a été une année record avec une progression du chiffre d’affaires à 58,3 Md€ (+8,5% à périmètre constant) et une très forte part à l’exportation de 39,4 Md€ (+14%) qui représente 83% du chiffre d’affaires consolidé. Le secteur civil représente 77% du chiffre d’affaires. Notre industrie constitue un pôle d’excellence technologique et économique pour la France, qui génère de la croissance, de l’investissement et des emplois sur tout le territoire. Nous allons poursuivre sur cette voie en donnant la priorité à l’innovation. Toujours précurseur en la matière, le secteur de l’aérospatiale cherche à intégrer encore plus vite les technologies issues d’autres univers, tout autant des grandes que des petites entreprises innovantes, de manière à faire levier à court terme sur les ruptures technologiques» a confié Marwan LAHOUD lors de la présentation des résultats de la profession à la presse.

En termes de commandes, 2015 est une année record avec 78,3 Md€ (+ 2,3% par rapport à 2014). Le carnet de commandes global de la profession représente environ 5 années de production.

« Ces performances permettent à la profession de dégager, une fois de plus, le premier solde excédentaire de la balance commerciale française en 2015 avec +22,2 Mds€ » a souligné le Président du GIFAS qui regroupe aujourd’hui 364 membres, dont 164 équipementiers et 169 PME.

Les sociétés de la Supply Chain française participent à cette croissance et création de valeur avec un chiffre d’affaires estimé de 20,3 Md€ (+10% à périmètre constant) et 15 Md€ de commandes.

« Cette progression traduit le fonctionnement de notre industrie, organisée en une filière cohérente, solidaire, réactive et dynamique, qui associe les équipementiers et les PME à la croissance des maîtres d’œuvre. La Supply Chain est mobilisée comme les donneurs d’ordres par la montée en cadence. Les acteurs de cette Supply Chain française sont aussi fournisseurs de Rang 1 des constructeurs étrangers, ce qui témoigne de leur excellence technologique » a souligné Patrick Daher, Vice-Président du Groupe des Equipements (GEAD) du GIFAS.

Une étude commandée en 2015 par le GIFAS à la Banque de France montre la bonne gestion de la plupart des sociétés de la Supply Chain française.

×
× ×
2015 est aussi une année record en termes d’emplois avec 185 000 hommes et femmes dans la profession (180 000 en 2014), 11 000 recrutements et 3 000 emplois nets créés.

« Pour la 10ème année consécutive, 2015 a été une année de recrutement pour la profession qui reste particulièrement attachée de pourvoir les métiers de production» a déclaré Marwan LAHOUD.

Les prévisions 2016 sont de l’ordre de 10 000 recrutements avec un solde à nouveau positif de créations nettes d’emplois.

Ces recrutements porteront en particulier sur les techniciens et les opérateurs qualifiés (ajusteurs, monteurs, soudeurs, chaudronniers…).

On note aussi la poursuite de l’effort de formation en alternance avec près de 6 000 jeunes en alternance début 2015 (+50% par rapport à 2010).

Pour améliorer encore la compétitivité de ses PME, le GIFAS a mis en place un grand programme de formation et de conseil : « Performances industrielles » qui a donné des résultats positifs avec un co-investissement Etat-Industrie.
« Ce programme connaît un grand succès dans 15 régions de France », souligne Marwan LAHOUD, « avec à ce jour 406 PME et 69 donneurs d’ordres impliqués. Nous souhaitons passer à la phase 2 pour approfondir l’excellence française. »

Evoquant le niveau élevé de R&D « qui est maintenu au niveau élevé de 14% du chiffre d’affaires » (70% sont autofinancés par les industriels), le président a déclaré que « cet investissement conforte l’avenir du secteur en portant la France à la pointe de l’innovation au niveau mondial. Aussi, le co-investissement Etat-Industrie est d’une importance vitale avec le PIA ».

Le président du GIFAS a ensuite évoqué l’environnement, « une priorité pour la profession ». Rappelant les efforts faits en 50 ans en matière de réduction de consommation de carburant et donc d’émission de CO2 (-80%), de bruit (réduction d’un facteur 10) et d’émission d’oxyde d’azote (division par 4), il constate que le transport aérien a contenu à seulement 2 % ses émissions de gaz à effet de serre, en dépit de sa croissance extraordinaire ces 20 dernières années. Parmi les réponses françaises pour relever ces défis environnementaux figurent les programmes de démonstrations technologiques du Conseil pour la Recherche Aéronautique Civile. Face aux enjeux majeurs posés par le défi climatique à l’aéronautique, il souhaite la réussite de l’Assemblée Générale de l’OACI (Organisation de l’Aviation Civile Internationale) en septembre 2016.

Marwan LAHOUD a ensuite insisté sur les atouts du secteur spatial face aux nouveaux concurrents. L’industrie spatiale manufacturière française occupe une position de leader en Europe mais le maintien de notre compétitivité passe par une concertation étroite au sein de la filière et du Comité de concertation Etat-Industrie sur l’Espace et par la réussite d’Airbus Safran Launchers, notamment dans la perspective de la réunion ministérielle de l’Agence Spatiale Européenne à la fin de l’année où seront prises des décisions structurantes pour la filière lanceur.

Marwan LAHOUD a souligné les initiatives de la filière spatiale visant à développer de nouveaux services et des applications utilisant les données satellitaires de manière à réaliser des symbioses, notamment entre l’univers spatial et le numérique.

Autre atout : l’industrie française est devenue un partenaire incontournable des missions spatiales les plus ambitieuses. Par exemple, la sonde Exomars qui poursuit actuellement son long voyage spatial de presque 500 millions de km vers la planète rouge a été fabriquée pour partie avec succès par Thales Alenia Space ; quant à  Airbus Defence and Space, il développe le premier rover européen, lequel permettra  de chercher sous la surface de Mars d’éventuelles traces de vie, passée ou présente.

En conclusion, Marwan LAHOUD a rappelé que « l’industrie aéronautique et spatiale française est un pôle d’excellence économique, d’innovation, un secteur créateur d’emplois, dont les hommes et les femmes représentent son atout le plus précieux ».

Finalement, les succès de demain reposent sur la pérennité des compétences, les choix stratégiques décidés en matière de R&D et la volonté de l’Etat de poursuivre sur la voie du co-investissement.

GIFAS