Les Cadets de l’Air 2016 vécus par Alexandre Minasi (IPSA promo 2019)

cadets-air-promo-ipsa-2016

Chaque année, le programme des Cadets de l’Air permet à de jeunes pratiquants d’activités aériennes (voir encadré) de devenir pendant deux semaines les ambassadeurs de l’aéronautique française dans un pays hôte. Trois IPSAliens faisaient partie des heureux sélectionnés pour l’édition 2016 de l’événement : Léopold Comby, Pierre Lemeunier (promo 2018) et Alexandre Minasi (promo 2019). Après Léopold passé par le Canada, c’est au tour d’Alexandre, parti représenter la France en Belgique, de revenir sur cette expérience mémorable.

Comment avez-vous entendu parler des Cadets de l’Air ?

J’ai connu les Cadets de l’Air dans mon aéroclub, en tombant sur un flyer qui prônait le caractère extraordinaire de l’échange, notamment par le fait de partir à l’étranger pour vivre une expérience hors du commun. Par chance, comme le président actuel de l’association des Cadets de l’Air français était également membre de mon aéroclub, il a pu me donner de plus amples informations sur le programme et ça m’a tout de suite intéressé. Je souhaitais rencontrer des personnes du monde entier partageant cette passion commune de l’aviation, afin de pouvoir échanger et apprendre sur leurs cultures. Enfin, l’idée de représenter la France auprès d’un pays d’échange et de pouvoir accéder à des lieux normalement fermés au public m’a donné une motivation sans précédent.

Quel est justement ton « bagage aéronautique » ?

J’appartiens à la Fédération Française d’Aéronautique (FFA), soit une fédération d’avions. Depuis 2013, je suis inscrit à l’Aéro-club Air France de Toussus-le-Noble. Au sein de mon club, j’ai cumulé 65 heures de vol sur AT-3, dans l’optique d’obtenir ma Private Pilot License (PPL).

Qu’est-ce que tu attendais de l’expérience des Cadets de l’Air ?

Mes attentes étaient nombreuses ! Tout d’abord, je voulais découvrir la Belgique, aussi bien dans le domaine aéronautique que culturel. Surtout, je souhaitais nouer des amitiés avec d’autres passionnés venant du monde entier.

Quel a été le programme sur place ?

Il a été très dense. Nous avons notamment visité plusieurs villes – Anvers, Bruges, Bruxelles… – , descendu la Lesse en kayak, découvert les bases de Coxyde et de Kleine Brogel, rencontré les équipés du Service d’appui aérien de Melsbroek, etc.

T’étais-tu préparé avant le séjour ?
Non, pas vraiment si ce n’est l’achat des différents cadeaux destinés aux familles d’accueil, ou des souvenirs destinés aux Cadets étrangers que nous allions rencontrer en Belgique.

À propos de l’International Air Cadet Exchange (IACE) :

Ce programme, constituant une mission de l’Aéro-club de France depuis 1949, est proposé chaque année aux jeunes pilotes âgés entre 18 et 21 ans. Qu’ils soient pilotes, vélivoles, parachutistes ou encore aéromodélistes, tous les Cadets sont sélectionnés pour leur passion de l’aéronautique, leur sérieux et leur motivation. Durant une vingtaine de jours, ils deviennent alors les ambassadeurs de leur pays dans l’une des destinations d’échange, qu’il s’agisse de l’Angleterre, de l’Australie, de la Belgique, de la Corée du Sud, de Hong Kong, de la Suisse ou des Pays-Bas. Lors de ce séjour, les Cadets ont alors accès à de nombreuses activités liées à l’aéronautiques (vols, sorties touristiques, visites officielles, etc.).

Issus de l’aviation civile en France et de l’aviation militaire dans les pays anglophones, les Cadets de l’Air ont l’opportunité de découvrir les activités aéronautiques, la culture et les visions de divers pays. Le but de cet échange est de « promouvoir l’amitié et la tolérance par-delà les frontières en réunissant des jeunes » autour de leur passion commune : l’aviation.