Coopération spatiale entre la France et la Thaïlande

aeromar-signs-atr-turboprop-onvestissement et innovation aeronautique

Coopération spatiale entre la France et la Thaïlande/ Volet spatial de la lutte contre le changement climatique

Le CNES et la GISTDA signent un accord pour THEOS

Jean-Yves Le Gall, Président du CNES et Dr. Anond Snidvongs, Directeur exécutif de la GISTDA (Geo-Informatics and Space Technology Development Agency), ont signé lundi 5 septembre à Bangkok, un accord relatif au satellite THEOS. Cette cérémonie s’est déroulée en présence du Ministre de la Science et de la Technologie, Dr. Pichet Durongkaveroj et de l’Ambassadeur de France en Thaïlande, Gilles Garachon.

Le CNES et la GISTDA avaient signé en 2015 une lettre d’intention pour favoriser la coopération sur diverses applications spatiales et en juin dernier, ils avaient organisé ensemble à Bangkok, un séminaire sur l’espace et l’agriculture, une priorité en matière d’applications de la télédétection spatiale pour la Thaïlande.

L’objectif de l’accord signé ce jour est de poursuivre l’étalonnage et la calibration de l’instrument optique du satellite THEOS, grâce à la mise en commun de sa capacité et des techniques d’étalonnage de la base de données SADE du CNES, développée sur les instruments optiques de différents satellites d’observation de la Terre.

Les relations spatiales entre la France et la Thaïlande ont toujours été de grande qualité, grâce à la confiance acquise avec les lancements par Ariane de cinq satellites Thaicom. En 2000 était
créée la GISTDA, avec une mission fortement centrée sur les applications opérationnelles liées à l’observation de la Terre. La réalisation par l’industrie française du satellite d’observation de la
Terre THEOS, menée dans le cadre d’un accord intergouvernemental, a conforté la coopération entre la France et la Thaïlande, soutenue par les réunions périodiques d’un comité mixte
réunissant les dirigeants du CNES et de la GISTDA et des représentants des Ministères des Affaires Étrangères et des industriels.

En marge de cette signature, Jean-Yves Le Gall est revenu sur la COP22 qui se déroulera en novembre prochain à Marrakech et où le spatial occupera une place majeure, à la suite des décisions prises lors de la COP21 à Paris. En particulier, la Déclaration de New Delhi, qui lui a fait suite, marque un véritable tournant en mettant les outils spatiaux au service de la lutte contre le
changement climatique et il a fait part à ses hôtes de son souhait d’intensifier les échanges avec la Thaïlande autour de la lutte contre le changement climatique.

À l’issue de cette rencontre, il a déclaré : « Je me réjouis de la signature de cet accord qui va donner un nouvel élan à la coopération spatiale entre la France et la Thaïlande, l’un des tout premier pays à s’être doté d’un satellite national d’observation de la Terre.

Véritable précurseur en matière d’espace dans la région Asie-Pacifique, la Thaïlande confirme chaque jour davantage ses ambitions en matière d’applications spatiales et la France se félicite de pouvoir l’accompagner avec sa technologie. »