Dassault Aviation et la COP 21 : nos engagements pour l’environnement

aeromar-signs-atr-turboprop-onvestissement et innovation aeronautique

(Saint-Cloud, France, le 30/11/2015) – L’aviation civile favorise les échanges en rapprochant les hommes. Elle représente un besoin croissant que le développement durable doit accompagner. Dassault Aviation est un des pionniers de l’aviation « verte » et y consacre une grande part de ses budgets de R&D : à missions identiques, nos avions d’affaires Falcon brûlent 30 à 40 % de kérosène en moins par rapport à leurs concurrents. Nous poursuivons nos efforts pour réduire encore la consommation spécifique de nos avions tout en participant aux programmes européens Alpha-BIRD sur les carburants alternatifs et CELINA sur les piles à combustibles.
Dassault Aviation s’est naturellement associée au programme CleanSky porté par la Commission Européenne et la plupart des acteurs aéronautiques européens (Airbus, Finmeccanica, Rolls-Royce, Saab, Safran, Thales,…). Cette initiative sans précédent a pour but d’améliorer l’impact environnemental des prochaines générations d’avions (bruit, consommation, pollution). Nous en sommes actuellement à la première phase qui doit s’achever en 2016. Dassault Aviation, représentant l’aviation d’affaires, s’implique significativement dans la plate-forme technologique « Smart Fixed Wing Aircraft (SFWA) ». Celle-ci prépare les voilures du futur à laminarité étendue et à contrôle de charges ainsi que les architectures d’arrière-corps silencieux (masquage du bruit des moteurs vers le sol, cf. photo jointe).
Dans CleanSky, notre société est également coresponsable de la plate-forme « eco-design », avec l’institut de recherche allemand Fraunhofer, qui vise à rendre la fabrication, la maintenance et le démantèlement des avions plus écologiques : réduction des ressources (eau, énergie) et des quantités de matières premières utilisées, élimination des rejets gazeux (CO2, COV) et liquides (huile de coupe, eaux souillées). Dans ce domaine, les enjeux portent notamment sur les technologies de green manufacturing : matériaux composites, nouveaux alliages légers, nouveaux procédés d’usinage, fabrication additive (dite aussi impression 3D : précurseur et promoteur de cette technologie industrielle dès 1990, Dassault Aviation la déploie depuis les années 2000 sur les programmes Falcon et Rafale ; en 2013, une nouvelle étape a été franchie avec l’application de la fabrication directe aux pièces métalliques).
Par ailleurs, Dassault Aviation est très impliquée dans le CORAC, un programme national soutenant les activités de recherche considérées comme des pôles d’excellence française. Cette initiative, lancée à la suite du Grenelle de l’environnement, rassemble les industriels français de l’aéronautique pour travailler notamment à l’allègement des cellules, à la baisse des niveaux de bruit et au développement des systèmes de navigation compatibles avec le contrôle aérien futur. Plus précisément, nous étudions cinq thèmes principaux :
– un démonstrateur de voilure composite,
– l’avionique modulaire étendue aux avions d’affaires,
– le cockpit du futur,
– l’avion plus électrique,
– le traitement des sources de bruit des cellules d’avion.
Ces travaux CORAC sont financés à 50 % par l’État, dans le cadre du Projet d’Investissement d’Avenir (PIA), et à 50 % par les industriels.

Be the first to comment on "Dassault Aviation et la COP 21 : nos engagements pour l’environnement"

Leave a comment

Your email address will not be published.