easyjet après le Brexit

wait-and-see-easyjet

easyjet: après le Brexit, the low cost remain

Les « euros-voyageurs » d’easyjet fans de football ont eu le double plaisir de voyager low cost et de suivre la retransmission des matches dans les avions cet été.

Avec une flotte uniquement composés d’avions Airbus, la compagnie a toujours optimisé ses coûts depuis vingt ans. Forte de son succès, elle continue encore la chasse au gaspi, et pour réduire sa consommation de carburant, elle introduit, au fur et à mesure du retrofit de ses anciens avions, de nouveaux sièges du fournisseur Récaero et de nouveaux chariots cabin crew, plus légers de dernière génération.

Son business modèle est adossé à l’A320 qui lui permet d’avoir les sièges économiquement les plus intéressants. Ses nouveaux A320neo qu’elle réceptionnera l’an prochain auront une disposition différente, comme par exemple la mise en place des toilettes plus spacieuses à l’arrière de l’avion, facilitant l’accès aux personnes handicapées.

La compagnie low-cost, à l’écoute permanente des attentes des ses clients vient de lancer 30 destinations au départ de la France, à Paris et en région.

Nice, Lyon, Toulouse desserviront désormais des villes « business » comme Berlin et Milan, et des villes loisirs très demandées comme Minorque, la Sardaigne ou la Croatie.

Pour le bonheur de ses « euro-voyageurs » Easyjet annonce maintenant six nouvelles routes pour cet hiver au départ de Paris. 2 fois par semaine, et à compter du 2 novembre on pourra se rentre tout l’hiver au Kosovo.

Au Départ de Lyon, Stockholm, Luxembourg et Vienne seront desservies deux fois par semaine, l’idée étant de développer ces lignes pour les amoureux du ski dans les Alpes.

Enfin au départ de Toulouse et 4 fois par semaine, le lundi, jeudi, vendredi et dimanche, easyjet ouvre la ligne Londres et Luton.

Pour easyjet le voyage d’affaire reste très stratégique en France (20% de ses vols), et au départ de Marseille, 3 fois par semaine, dès le 1er novembre, Berlin se rajoute comme un point attractif au départ de la France.

Un beau programme cet hiver donc, à des tarifs toujours 40% moins chers que la concurrence, qui feront d’easyjet la compagnie low-cost de toujours et qui souhaite le rester.

Big Data aidant, la compagnie a senti que sa clientèle souhaitait avoir plus de choix, et s’est donc adaptée en créant un programme « Flight Club ».

Ce programme donne aux passagers des avantages et options supplémentaires conditionnés à leur fidélité. Ceux-ci peuvent désormais échanger leurs vols gratuitement et bénéficient d’avantages. Pour les passagers plus occasionnels, il est possible de pré-réserver sa place en choisissant cette option payante.

En dépit du Brexit, easyjet proposera toujours des Paris-Madrid et souhaite que les 26 gouvernements de Bruxelles maintiennent le Ciel Unique européen dans l’intérêt de leurs marchés et de la mobilité de tous les citoyens européens. Wait and see.

Nadia Didelot – AeroMorning