Enjeux de l’aéronautique et de la défense dans le monde: la vision d’Accenture

boeing-recrutements-pilotes-techniciens

« Accelerating through digital turbulence », tel est le titre de l’étude menée par Accenture en 2017, et Jean-Louis Rassineux, directeur exécutif, nous fait partager la vision de sur les enjeux de l’aéronautique et de la défense dans le monde.

« Le secteur aéronautique et spatial a connu une croissance extrêmement forte jusqu’en 2014, date où l’on annonçait des prises de commandes record dans les salons, et Accenture souligne une baisse de 50% qui se fait sentir depuis 3 ans au niveau mondial » affirme Jean-Louis Rassineux. L’un des défis majeurs de cette industrie consiste à accroître efficacité et croissance dans un secteur qui évolue lentement avec une baisse des commandes de nouveaux appareils en Europe et en Amérique du Nord, mais aussi avec des climats instables, des risques géopolitiques, et l’aggravation des conditions économiques dans certains pays.

L’accroissement des cadences chez les avionneurs pèse aussi sur la production qui doit se réinventer pour être plus compétitive.

Au niveau du marché de la défense, Accenture évoque de nouvelles perspectives de croissance avec un budget monde estimé à 400 Milliards de dollars, en augmentation faible sur 5 ans.

Toutefois une forte croissance sur ce marché défense est liée aux risques, avec une part croissante sur les drones, une tendance de fond qui se confirme. Bien que le contexte d’évolution soit lent, la défense se porte bien et progresse.

En croissance depuis deux ans grâce aux succès importants qui se sont succédés, et notamment en France avec le Rafale par exemple, l’enjeu aujourd’hui pour la défense est aussi de remplir les accords de contrepartie qui vont avec les ventes et d’arriver à avoir une chaîne de production qui permette de donner un équilibre à ces contrats, de gérer les questions de compétences dans le pays.

L’avènement de la transformation numérique, la clé pour affronter tous les enjeux:

Accenture analyse l’avènement de la transformation numérique du secteur aéronautique et spatial comme une tendance lourde pour faire face aux nouveaux enjeux. L’une des clés pour la croissance est d’utiliser des technologies d’analyse de données afin d’améliorer les opérations, la chaîne d’approvisionnement et l’intégration de systèmes afin de proposer des services plus attractifs pour leurs clients. Autre tendance lourde observée, le développement des services. L’aspect service digital est devenu un des leviers de croissance.

Pour illustrer cette transformation numérique, dans son enquête menée en 2017, pour 68% des entreprises de l’aéronautique et du spatial des sommes considérables ont été investies dans les technologies du numérique, aussi bien pour l’externe que pour l’interne qu’il s’agisse de fabrication additive, de machine learning, d’applications intelligentes, de réalité augmentée.

Déjà à la pointe du mumérique depuis la conception du B777 ou de l’Airbus A350 conçu à l’origine entièrement en CAO sur les logiciels de Dassault Systèmes, les entreprises du secteur Aérospatial et défense vont encore plus loin. Au-delà de cette première étape de transformation numérique l’enjeu majeur est d’appliquer cette transformation numérique déjà initiée sur toute la chaîne de valeur, à partir d’objets connectés.

Pour citer un exemple, Accenture et Airbus ont collaboré en « mode start-up » pour développer une application « wearable » de pointe dédiée au secteur de l’aérospatial et de la défense : des lunettes intelligentes qui permettent d’améliorer la précision et de réduire la complexité des procédés d’aménagement des cabines, en réduisant notamment le temps nécessaire pour le marquage des sièges en moins d’un mois..

Opérant à partir d’Instructions contextuelles à propos du marquage, les lunettes connectées affichent toutes les informations nécessaires pour aider l’opérateur à marquer le sol plus rapidement et à éliminer tout risque d’erreur. Cette technologie implémentée par Accenture permet une grande interactivité en offrant un accès à diverses fonctions telles que la lecture de codes à barres, la récupération des données dans le cloud, la commande vocale et la réalité augmentée. Grâce à cette innovation technologique, les emplacements des sièges peuvent être marqués au millimètre près, permettant ainsi de vérifier leur précision et leur qualité dans tous les avions.

De multiples applications digitales de réalité  virtuelle sont ainsi portées sur l’industrialisation, sur le développement du produit. L’enjeu, et on assiste à énormément d’essais, c’est de passer du POC, du pilote, à l’industrialisation en série.

C’est en ce sens qu’Accenture développe la stratégie digitale en interne à travers toutes ces opérations de production, de support (finance, RH, achats) et assiste ses clients dans la bonne utilisation  du digital de la meilleure façon.

Il y a eu beaucoup d’apports à l’industrie grâce à la réalité augmentée, avec d’heureux effets sur l’emploi, car elle aide l’aéronautique à avoir une meilleure image, moins ancienne et traditionnelle, apporte un facteur d’attractivité sur les aspects formation, en privilégiant l’interactivité plutôt que les « slides » froids et muets.

En somme, selon Accenture, tout l’enjeu est d’arriver à trouver les bons leviers pour permettre en interne d’être compétitif, en externe, d’offrir les meilleurs produits et services.

 

Et le big data dans tout ça ?

Dans un avion, on a 1 teraoctet (mille milliard d’octets) de données sur un vol, ce qui équivaut à environ 200 vidéodisques numériques et le traitement des données peut devenir clé pour la maintenance prédictive aéronautique.

Le grand enjeu est de savoir comment utiliser ces données en vol, et au sol sans s’y perdre  et d’en sortir de la valeur ajoutée en matière de conception, de maintenance, de services et de coûts.

Par exemple, imaginer des avions performants qui s’échangent les données de vol, ou tout un tas d’applications qui permettent en temps réel de saisir des trajectoires, d’utiliser des données, d’optimiser des routes, d’économiser du gazoil, etc….

Le data lake est né, pour stocker et restituer de façon intéressante et innovante les données en vue de plus de compétitivité. L’intelligence artificielle améliore les Fonctions du support, offre de nouvelles possibilités en matière financière ou en matière de ressources humaines

Big data, et mise en place d’applis intelligentes (machine learning), permettent d’envisager l’intelligence artificielle dans l’industrie aéronautique et de doper la croissance.

l’innovation, les universités et les startups :

Les entreprises aéronautiques ont compris cette nécessité de se remettre en question. L’innovation est aujourd’hui un levier incontestable et c’est pourquoi en 2017 la connection avec les startups et les universités est devenue centrale dans les stratégies de ces dernières, qui de plus en plus nouent des partenariats pour être à la pointe de la meilleure bonne idée, pour créer les meilleurs produits et services, et puisqu’on est souvent en phase de proof en concept, pour réduire les coûts au cas où le POC ne dépasserait pas la phase pilote.

Autant pour la recherche que pour le financement, les alliances réduisent les coûts, agrègent des compétences, et en s’allliant avec des petites startups, les grandes entreprises créent de cette façon un réseau d’intelligence. La solution est de se rapprocher de l’écosystème de l’innovation et de travailler collaborativement.

Accenture, acteur du digital, apporte de nombreuses solutions grâce à son expertise, à sa philosophie, et non moins important  son sens de la responsabilité sociétale, n’ oubliant jamais l’humain au centre de ces évolutions. Elle remporte ainsi de nombreux succès, fait d’ailleurs partie des grands partenaires du Gifas depuis plus de 10 ans, est aussi partenaire des plus grands salons mondiaux tels Le Salon du Bourget ou celui de Farnborough.

« On vit une période fabuleuse d’opportunités,  et Accenture, au cœur de cette révolution est passé de consultant à acteur, partenaire industriel du marché de l’aéronautique et de la défense.

Nadia Didelot pour AeroMorning