Enjeux et stratégies du Big Data dans l’aéronautique

boeing-recrutements-pilotes-techniciens

Enjeux et stratégies du Big Data dans l’aéronautique: l’exemple de Scalian

Pour Stéphane Devarenne, directeur Data Intelligence du Groupe Scalian, le vocable Big Data est un mot valise. « C’est une boîte à outils qui facilite la mise en œuvre de sujets de fonds. »

Le Principe général étant que le Big Data est un ensemble de technologies innovantes de traitement de données, permettant d’imaginer de nouveaux usages métier.

Les travaux de Scalian sont à très forte coloration innovation, et interviennent dans différents domaines comme la maintenance prédictive, pour laquelle à l’aide de capteurs ou de résultats d’essais en vol, il devient possible  d’identifier, analyser et coreller des données permettant de traiter la totalité des informations, de façon scientifique, pour viabiliser les résultats, contrairement à une époque où l’on procédait exclusivement par échantillonnage.

Ces technologies et usages sont en rupture, et les clients doivent faire se rencontrer les métiers pour faire parler les données. Pour libérer leur valeur, les données doivent être partagées, échangées. La tendance au travail collaboratif est par conséquent une tendance lourde. 

Pour illustrer le propos, Scalian permet par exemple à ses clients de réaliser une analyse prédictive des ventes, afin d’optimiser en amont la supply chain, par la mise en relation des Directions Commerce, Achats, Manufacturing etc., et le partage du patrimoine data de chacune d’ente elles.

Le cœur de métier et la force du Groupe français Scalian,  qui compte 2500 collaborateurs, est d’améliorer les performances de ses clients industriels ou non, par l’optimisation des processus métier et la transformations des organisations et méthodes via son pôle Performance des Opérations, et sa capacité à opérer ces changements par la transformation digitale, portée par son pôle Systèmes Numériques. Ses compétences « predictive analytics », autorisant par exemple la catégorisation des comportements clients, leur analyse par exploitation d’algorithmes complexes, lui permettent presque de prédire l’avenir par la maîtrise des usages du Machine Learning.

Ce principe est accéléré par DS-Platform, plate-forme développée en propre et récompensée lors du dernier Salon Data Intelligence de Paris – Porte de Versailles, permettant d’instancier en trois étapes rapides des environnements propices à la Data Science, par le déploiement simplifié de workflows de traitement de données pour prédire des pannes, identifier des signaux faibles, détecter des anomalies avant qu’elles ne créent un impact majeur. Scalian aide à analyser les processus de la Supply Chain, accompagne le changement et opère la transformation digitale associée, de sorte que les processus soient analysés en continu. Le groupe intervient dans la définition de la stratégie de transformation digitale de ses clients, et procède à des recommandations selon une méthode élaborée pour accélérer le changement, tout en prenant en compte les spécificités de chacun de ses clients. Pour accompagner cette transformation, Scalian recherche majoritairement pour son pôle Systèmes Numériques des profils techniques en lien avec la transformation digitale. Des ingénieurs en nouvelles technologies web, mobilité, ainsi que des data engineers, des data scientists et des ingénieurs ergonomes pour adresser la composante ‘Expérience Utilisateur’, qui revêt une importance capitale dans tout changement, afin de faciliter celui–ci. 

Dans ce contexte, souvent qualifié de nouvelle révolution industrielle, nos entreprises doivent s’adapter à des contextes changeants, passer d’un modèle instable à un autre, l’anticiper et s’adapter, être en avance de phase et ne peuvent le faire que quand les méthodes, organisations et outils le permettent. La Transformation digitale est un facilitateur, un ensemble cohérent de processus revisités et appuyés par de nouvelles applications. La valorisation des données est au cœur de ce nouveau paradigme, et, manipulées de façon plus collaborative, elles créent un lien plus étroit entre le métier et la technique. Ainsi exposée, la donnée se doit pour autant d’être sécurisée. Cette sécurisation passe par de solides moyens techniques, là où la cybersécurité prend tout son sens,  et juridiques. Un véritable challenge à relever pour les entreprises que Scalian propose d’accompagner.

Partenaire de cabinets d’avocats spécialisés dans la propriété industrielle et la veille règlementaire, Scalian est prêt pour anticiper et prévenir ces nouveaux risques avec notamment une offre dédiée à la GDPR (General Data Protection Rule), nouvelle réglementation européenne qui sera active dès mai prochain, qui fixera les règles de sécurisation des données, basées sur leur protection physique et un usage soumis à consentement.

Cette offre proposera d’aider les clients à mesurer leur degré d’exposition et les impacts s’ils ne se conforment pas à ces nouvelles normes.

Les grandes entreprises le savent et intègrent ce futur Yalta des données à sa stratégie d’analyse des risques avec l’appui de leurs services juridiques. En revanche, beaucoup de petites et moyennes entreprises ne voient pas encore arriver ce tsunami en mai 2018, avec la mise en place d’une régulation européenne.

C’est un possible tremblement de terre qui arrive pour beaucoup d’entreprises, potentiellement exposées à un risque vital si l’on considère que la pénalité envisagée par la Commission Européenne en cas de non-conformité à cette règlementation correspond à une amende d’un montant de 2 à 4% du Chiffre d’affaire, de quoi faire sombrer les comptes de bien des entreprises déjà fragilisées par un contexte économique fébrile.

Les plans de croissance du Groupe Scalian sont ambiteux compte tenu de la réalité de la demande du marché, et l’enjeu que représente la ressource humaine est important. Scalian a des besoins très lourds en recrutement et met en place des processus de sourcing industriels , fidélise ses collaborateurs par leur intégration sur des projets passionnants, tout en faisant évoluer leurs compétences sur la durée par de la formation continue, les marchés technologiques étant très dynamiques.

Nadia Didelot pour AeroMorning

° Le Data Scientist ayant des compétences de base scientifiques fondamentales, doctorant en mathématiques ou en physique, doté d’une formation technologique aux outils R, Python, pour faire s’exprimer les données.

 

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!