Le fournisseur français Latécoère en bonne santé

Latécoère présente des résultats annuels 2016 conforme à ses prévisions

A l’occasion d’une conférence de presse, le groupe Latécoère a dévoilé ce lundi 27 mars 2017 ses résultats pour l’année 2016. L’occasion de faire le point sur la restructuration industrielle de cette entreprise aux 400 fournisseurs et de souligner le retour à une situation financière confortable, après une période marquée par l’endettement.

Un fournisseur français en bonne santé

Pour rappel, le groupe Latécoère est un fournisseur français qui intervient dans les aérostructures et les systèmes d’interconnexion (câblages) pour le compte de grands avionneurs comme Airbus, Boeing, Embraer ou Dassault.  Limité par une dette de 300 millions d’euros il y a trois ans, il s’est tiré d’une situation inconfortable suite à un plan d’amélioration des performances opérationnelles et à une restructuration industrielle toujours en cours. Le groupe atteint ses objectifs financiers en affichant un chiffre d’affaires de 655.2 millions d’euros pour l’exercice 2016 associé à un résultat opérationnel courant de 47.8 millions d’euro. Ces chiffres témoignent de la bonne santé du groupe français. Santé qui doit d’ailleurs continuer à s’améliorer dans les prochaines années.

Le plan Transformation 2020 pour conforter la profitabilité

Afin d’améliorer sa compétitivité et d’assurer sa reconnaissance technologique, Latécoère a entrepris des mesures stratégiques à différents niveaux au cours de l’année 2016. Le groupe se recentre sur son activité de conception-production d’aérostructures et de systèmes d’interconnexion, qui représente son cœur de métier. Sa filiale Latécoère Services, spécialisée dans la conception-production d’outillages industriels et les services d’ingénierie, a donc été cédée. Les capacités du groupe en matière de bureau d’étude et de développement ont été maintenues.

Des remaniements géographiques ont été conduits avec le transfert de la totalité de l’activité production des portes de Boeing 787 au Mexique. Le site de production historique de Périole à Toulouse sera fermé et son activité fuselage transférée à Gimont. Le siège et les bureaux d’études devraient toutefois être maintenus à Périole dans de nouveaux locaux. Concernent les sites en Europe, la situation du marché du travail en République Tchèque a incité la direction du groupe à limiter son activité de production dans le pays en faveur d’une nouvelle implantation pour les petits assemblages en Bulgarie à partir de juin 2017. D’ici 2020, la direction générale entend consolider les compétences à forte valeur ajoutée à Toulouse et développer l’automatisation de ses usines françaises.

Perspectives et évolutions

Dans un marché de l’aérien en croissance continue, les dirigeants du groupe Latécoère affirment être dans un environnement sûr. En 2017, les principaux programmes en cours de l’entreprise devraient contribuer inégalement au chiffre d’affaires. Les difficultés commerciales de l’Airbus A380 et du Dassault Falcon 7X limitent les revenus mais ne pourront pas être compensées par les programmes en croissance comme celui de l’Airbus A320.

La filiale aérostructure du groupe bénéficiera prochainement d’investissements dans la recherche et développement, notamment pour l’étude de nouvelles technologies pour portes automatisées et l’amélioration structurelle des portes en matériaux composites. Avec environ deux tiers des revenus de Latécoère, l’activité aérostructures devrait assurer une meilleure profitabilité avant 2020, grâce aux améliorations de l’outil industriel.

Côté systèmes d’interconnexion, Latécoère est aujourd’hui essentiellement présent sur le câblage des avioniques (cockpit). Une dynamique de conquête visant à remporter des marchés pour les câblages cabine, trains d’atterrissage et moteurs est amorcée. L’objectif est d’aller chercher des opportunités de développement sur un marché du câblage estimé à 5 milliards d’euros par an.

Enfin, profitant d’être aujourd’hui dans une situation plus enviable, le fournisseur français devra s’attacher à consolider son modèle industriel et poursuivre l’amélioration de sa compétitivité en vue d’assurer une croissance rentable. Selon la directrice générale Yannick ASSOUAD, l’arrivée probable d’un nouveau programme d’avion commercial dans les deux prochaines années constituerait un nouveau relais de croissance potentiel pour Latécoère. Affaire à suivre …

 

Loïck Laroche-Joubert, à Paris pour AeroMorning

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!