HighDr’O, la fusée des étudiants de l’IPSA et Sup’Biotech qui fait pleuvoir de façon écologique

Encadré conjointement par le Stud Lab de l’IPSA et la direction des projets et de l’innovation à Sup’Biotech, HighDr’O est un projet innovant porté par huit étudiants de Sup’Biotech ainsi que cinq IPSAliens. Associant compétences en biotechnologies et en aéronautique, il vise à la construction d’une fusée capable de provoquer des précipitations. Marine Chamoreau (Sup’Biotech promo 2020) et Loïc Martinez (promo 2021), deux futurs ingénieurs membres de l’équipe dévoilent leurs ambitions d’un tel projet et en profitent pour lancer un appel aux potentiels partenaires intéressés.

Depuis quand existe HighDr’O ?
Marine Chamoreau : Le projet a débuté en 2013 sous le nom de Bactirain. Il était alors porté par d’autres étudiants des deux écoles, dont Lionel Chesnais (Sup’Biotech promo 2016), son chef de projet. Son objectif était quasiment le même qu’aujourd’hui : former des précipitations au sein des nuages pour permettre d’engendrer de la pluie dans les zones arides.
Loïc Martinez : Le projet avait bien avancé et devait être testé lors du C’Space 2015. Malheureusement, des complications météo n’avaient pas permis à l’ancienne équipe de lancer la fusée. Depuis, nous avons décidé de reprendre le projet et de le faire évoluer. Voilà pourquoi nous avons choisi de le nommer dorénavant HighDr’O. L’équipe a été renouvelée intégralement, à l’exception de deux mécatroniciens déjà présents à l’époque : Jérémy Longer (IPSA promo 2015) et Quy Diep (IPSA promo 2018).

Pourquoi avoir voulu rebooster ce projet ?
MC : En fait, dans le cadre des Sup’Biotech Innovative Projects (SBIP), l’école nous demande d’imaginer un projet à développer de la 2e à la 5e année du cursus. Avec d’autres étudiants, nous avons pensé à une idée similaire ayant les mêmes enjeux, à savoir la lutte contre la famine et la malnutrition dans le monde. Alors, lorsque nous avons appris l’existence de ce projet endormi mais pourtant capable de faire bouger les choses en partant de la source – à savoir la pluie et l’agriculture –, nous nous sommes dit qu’il y avait matière à le développer.

Où en est-il aujourd’hui ?
LM : Une fois la nouvelle équipe composée, il nous a semblé pertinent de construire une autre version de la fusée. D’ailleurs, du côté de l’IPSA et notamment de l’association étudiante Aéro IPSA, nous n’avons jamais arrêté de travailler dessus ! Suite à la mésaventure du C’Space, nous avons ainsi décidé de poursuivre les tests, en remplaçant notamment la charge utile par du talc, ce qui a été parfaitement réalisé lors d’un lancement opéré pendant le C’Space à l’été 2016. Depuis, en corrélation avec Sup’Biotech, nous avons fait le choix de modifier l’intérieur de la fusée, avec l’ajout et le retrait de certains composants électroniques.
MC : Du côté de Sup’Biotech, nous sommes en train de mettre au point des protocoles pour effectuer les analyses en laboratoire permettant d’optimiser au mieux la formation de pluie dans les nuages, mais je ne peux pas en dire plus : certaines données doivent rester confidentielles pour le moment ! Pour résumer, il s’agit d’utiliser des bactéries lyophilisées permettant la nucléation au sein des nuages. Ces bactéries sont évidemment non toxiques, tant pour l’écosystème que l’être humain, pour la simple et bonne raison qu’il s’agit de probiotiques, des bactéries présentes naturellement dans notre environnement. Il faut savoir que ce genre de technologie existe déjà aujourd’hui, mais avec de l’iodure d’argent, un produit chimique et toxique. Avec HighDr’O, l’Homme évitera de polluer les nappes phréatiques tout en laissant la possibilité aux agricultures locales de se développer. On pourra même imaginer utiliser le dispositif pour provoquer la pluie au-dessus des vignobles afin de contrer d’éventuelles chutes de grêles annoncées en amont. Par contre, ce que je peux dire, c’est que nous sommes actuellement à la recherche de partenaires afin de financer le projet. À ce sujet, nous sommes déjà en discussion avec une antenne du Rotary Club qui, de par sa vocation humanitaire, pourrait se rallier à notre cause.

Justement, comment faire pour vous contacter et parrainer votre projet ?
MC : Il y a plusieurs moyens. Les entreprises et associations peuvent nous rejoindre sur notre page Facebook (qui devrait prochainement changer de nom) ou nous contacter directement par email à [email protected] Elles peuvent également prendre contact avec l’IPSA et Sup’Biotech qui les redirigeront ensuite vers nous !

Outre la recherche de financements, quel est votre prochain objectif ?
LM : Être prêts pour le prochain C’Space ! Notre participation à cet événement nous permettra d’obtenir une preuve de concept validant nos recherches. C’est nécessaire si l’on veut aller plus loin. Pour cela, nous avons établi un partenariat avec Météo France qui nous permettra de connaître précisément les effets de notre fusée sur le temps après son lancement.
MC : Cette preuve nous permettra de conforter notre démarche. À terme, notre but est de proposer un service et un produit viables. Nous étudions aussi la possibilité de créer une entreprise par la suite.

Et qu’est-ce que cela fait de travailler avec des ingénieurs appartenant à un tout autre domaine d’expertise ?
LM : C’est amusant ! Quand je viens les voir et que je tombe sur un tableau où sont écrites des choses que je ne comprends pas, ça me plaît. Cela me permet d’en apprendre davantage et me rappelle ma Terminale S. Comme à l’époque, j’étais déjà attiré par les biotechnologies, ce projet me permet de m’y plonger, tout en apportant mes compétences en mécatronique et en informatique.
MC : Nous nous complétons vraiment. Ce que nous ne savons pas, les étudiants de l’IPSA vont nous l’apporter et vice-versa. C’est très stimulant.

Ils composent l’équipe HighDr’O :

Le Pôle Biotechnologies :
Valentine Baron, Camille Boulay, Marine Chamoreau, Clément Harivel-Rivoal, Vincent Pruvot (Chef de Projet), Lydia Simerabet (Sup’Biotech promo 2020), Maude Marchais et Tasrine Youssouf (Sup’Biotech promo 2019).

Le Pôle Aéronautique :
Jérémy Longer (IPSA promo 2015), Quy Diep (IPSA promo 2018), Frédéric Melendez (IPSA promo 2020), Ossian Bouix et Loïc Martinez (IPSA promo 2021, chef de Projet),

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!