previous arrow
next arrow
Slider

« J’ai toujours aimé le désert. On s’assoit sur une dune de sable… »

« J’ai toujours aimé le désert. On s’assoit sur une dune de sable. On ne voit rien. On n’entend rien. Et cependant quelque chose rayonne en silence… »

320 NM pour rejoindre l’escale mythique de Cap Juby ont été couverts ce mardi. Le départ d’Agadir a été retardé jusqu’à midi à cause d’entrées maritimes persistantes mais une fois le soleil de retour, les 24 avions se sont élancés vers le grand Sud avec impatience.

Pour les participants du Rallye Aérien Toulouse St Louis, se poser à Cap Juby représente souvent un vieux rêve qui se concrétise. Les appareils ont d’abord survolé les montagnes de Sidi Ifni puis Goulimine avant d’appréhender l’épreuve de visualisation de flèches (la fameuse Galinette) organisée sur le terrain de Tan-Tan : les pilotes doivent en un seul passage déterminer l’angle, l’orientation et la distance entre deux flèches de tissu blanc posées au sol.

Puis les avions ont regagné le littoral pour suivre la côte à basse altitude jusqu’à Tarfaya, autrefois Cap Juby. Les paysages inchangés depuis les années 20 qui défilaient sous leurs ailes transportèrent les équipages dans l’espace temps. Chacun peut ressentir cette sensation unique d’évoluer dans une autre époque surtout en apercevant la piste de terre et de sable de 750m à l’endroit exact de l’aéroplace il y a presque 100 ans. C’est forcément un moment d’émotion lorsqu’après une « vent arrière » sur la plage et un dernier virage à gauche vous évitez les deux antennes pour prendre l’axe final et voyez là, juste en face de vous, ce terrain mythique. Puis les roues touchent le sol irrégulier dans de belles volutes de poussière que conclue un freinage assez ferme. À peine au sol, moteur coupé, les pilotes déjà au sol aident les aéronefs à pivoter perpendiculairement à l’axe de piste puis repoussent les machines sur le bas côté pour laisser le passage aux suivants.

À Tarfaya, une tente d’accueil est dressée au bord de la piste préparée avec soin par Jean-Marie et les Marocains. On y prend le thé et on fait partir les cartes postales et enveloppes commémoratives des 100 ans de la Ligne avec le tampon de Cap Juby… Certains visiteront le Musée St Exupéry, d’autres feront une partie de pétanque ou iront se baigner. Les cartons de fournitures médicales seront remis ainsi que les livres pour les jeunes de l’école et du collège. Le bivouac dressé à côté des avions annonce une soirée inoubliable au milieu du désert.

Olivier d’Agay, président de la Fondation Saint-Exupéry et directeur de la succession du même nom, a rejoint le Rallye à Agadir. Les 65 participants, ainsi que le public de l’Envol des Pionniers à Toulouse en duplex, ont eu la chance incroyable d’assister à une présentation du séjour de St Ex, chef d’aéroplace ici même en 1927/28 par son petit neveu. C’est simplement assis au sol, sur des coussins au milieu du campement, que tous ont vécu ce moment fort du Rallye et revécu la rencontre avec le petit Prince.

S’en est suivi le repas traditionnel sous la grande tente en présence du Gouverneur et du Maire puis une veillée autour du feu de camp, un thé à la menthe en main. Une nuit bien méritée pour tous, avec des étoiles au dessus de la tête, mais surtout plein les yeux!

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!