Des satellites pour surveiller le climat

aeromar-signs-atr-turboprop-onvestissement et innovation aeronautique

Le CNES et l’ISRO réaffirment à New Delhi le rôle critique des satellites pour surveiller le climat

Préparation du volet spatial de la COP21

A quelques jours du début de la COP21, François Richier, Ambassadeur de France en Inde, a réuni Jean-Yves Le Gall, Président du CNES et A.S. Kiran Kumar, Président de l’ISRO, pour participer à un colloque dédié au rôle critique des satellites pour la surveillance du climat.

Les intervenants ont rappelé que l’Inde, confrontée à la gestion de ses ressources en eau et aux problématiques de sécurité alimentaire liées à la menace climatique, ainsi qu’au renforcement de l’intensité et de la fréquence des événements climatiques extrêmes, s’est dotée très tôt de capacités satellitaires de très bon niveau.

Le CNES et l’ISRO fêteront dans quelques mois les 15 ans de leur engagement conjoint dans le domaine climatique. Cette vision pionnière a conduit à la réalisation de deux satellites qui fournissent aujourd’hui de précieuses données opérationnelles, Megha-Tropiques, lancé en 2011, qui permet d’établir une cartographie tridimensionnelle de la dynamique de la couverture nuageuse et Saral-AltiKa, lancé en 2013, qui mesure avec une précision millimétrique la surface de l’océan, des fleuves et des lacs et qui a ouvert de toutes nouvelles perspectives pour la gestion des ressources hydriques.

Les satellites forment le seul et unique observatoire global et permanent du climat. C’est essentiellement ce constat qui a motivé l’ensemble des chefs d’agences spatiales à s’unir sous la forme d’une Déclaration conjointe adoptée à Mexico en septembre dernier, dont les grandes lignes avaient été tracées en Inde en février, au cours d’une conférence de l’Académie Internationale d’Astronautique, tenue à Thiruvananthapuram.

A la suite de ce colloque, le Président du CNES et celui de l’ISRO se sont retrouvés pour un entretien bilatéral au cours duquel ils ont évoqué la suite de la coopération spatiale franco-indienne, en particulier dans le domaine du climat, pour lequel plusieurs nouvelles missions conjointes sont étudiées, à la suite de l’accord signé en avril dernier à l’Elysée en présence du Président de la République et du Premier Ministre indien.

A l’issue de cette visite en Inde, Jean-Yves Le Gall a déclaré : « L’ISRO est l’un des principaux partenaires internationaux du CNES. Les résultats de notre coopération sont particulièrement encourageants et laissent présager de nouveaux partenariats, encore plus ambitieux. La coopération spatiale franco-indienne, qui se concentre depuis 15 ans sur la problématique climatique, prend un relief particulier à l’heure de la COP21. Les agences spatiales ne pourront pas contenir la menace climatique, mais sans elles, personne ne le pourra. » a-t-il conclu.

Be the first to comment on "Des satellites pour surveiller le climat"

Leave a comment

Your email address will not be published.