previous arrow
next arrow
Slider

Le ministère des Armées investit dans l’intelligence artificielle

Le ministère des Armées investit dans l'intelligence artificielle

Au lendemain du salon Viva Technology où le ministère des Armées a présenté ses dernières innovations, le point presse du ministère de ce jeudi 23 mai est revenu sur le développement de l’intelligence artificelle dans les programmes d’armement et dans les travaux de recherche et technologie. L’ingénieur en chef de l’armement Jérôme, chargé de mission à la Direction générale de l’armement (DGA) sur l’intelligence artificielle et la transformation numérique, a présenté l’intelligence artificielle au profit des applications de défense.

Il a d’abord rappelé la politique du ministère définie par Florence Parly, ministre des Armées, qui confirme la nécessité de prendre part au développement de cette technologie stratégique indispensable pour garantir la supériorité opérationnelle de nos armées tout en ayant une approche responsable pour la maîtriser sur les plans éthique et technique.

L’intelligence artificielle au profit des applications de défense
L’ingénieur en chef a ensuite évoqué les six domaines d’investissements prioritaires pour les équipements : l’aide à la décision et à la planification, le renseignement, le combat collaboratif, la robotique et les opérations dans le cyberespace. Plusieurs réalisations opérationnelles utilisant l’intelligence artificielle sont déjà disponibles ou en développement comme:

le système de surveillance d’émissions électromagnétiques Toxic disposant d’un algorithme de détection automatique de fuite d’informations via certains types de documents et qui est déjà en service,

un module de détection automatique de véhicules dans des images satellitaires qui sera livré à la Direction du renseignement militaire (DRM) d’ici fin 2019,

des modules de traitements de données pour une protection et une élaboration de situation tactique collaboratives dans le cadre du programme SCORPION,

du développement de fonctions embarquées de détection de zones d’intérêt et de traitements d’informations pour optimiser la maintenance du standard F4 du Rafale, commandé en début d’année.

Une trentaine d’autres projets, d’études et démonstrateurs, sont déjà lancés parmi lesquels :

Acquisition automatique de cibles par imagerie (2ACI), pour reconnaître automatiquement des véhicules dans des images thermiques et les rendre embarcables, présenté lors du salon Viva Technology,

Man Machine Teaming (MMT), pour l’utilisation de l’intelligence artificelle dans l’aviation de combat,

Reve, projet de reconnaissance vocale en environnement bruité.

Le projet Architecture de Traitement et d’Exploitation Massive de l’Information multi-Sources (ARTEMIS), dont la seconde phase du projet a été notifiée le 14 mai par la DGA a été exposé. Destiné à mettre au point la future plate-forme souveraine et sécurisée de big data et d’intelligence artificielle, ARTEMIS a pour ambition de révolutionner la façon dont les armées traiteront leurs données.

Plus d’informations sur la notification du contrat ARTEMIS / le discours de la ministre des Armées

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!