previous arrow
next arrow
Slider

Le Rallye de retour en Mauritanie

Le Rallye de retour en Mauritanie

Cela faisait une dizaine d’années que le Rallye Toulouse Saint-Louis faisait uniquement une escale technique à Nouadhibou. En 2019, les 23 équipages ont posé leurs valises dans cette belle péninsule qui vit essentiellement de la pêche.

180 nautiques pour relier les deux escales qui autrefois constituaient le tronçon le plus isolé de la Ligne. Ouverte en juin 1925 par Emile Lécrivain, Georges Drouin et Jean Lavidalie à bord de deux Bréguets XIV volant de conserve jusqu’à Dakar, cette liaison relie enfin l’Europe à l’Afrique Occidentale Française. Malgré les déboires des premiers jours, 5 Bréguet XIV en panne dans le désert aux abords de la baie de St Jean et près du cap Timiris, l’exploitation se poursuit. Les biplans étaient dépannés dans des conditions périlleuses par des mécaniciens déposés près des avions, qui établissaient un campement de fortune où des vivres leurs étaient largués régulièrement. Un moteur intransportable par bateau fut ainsi entièrement démonté et acheminé en pièces détachées par la voie des airs, pour y être remonté. Cet exploit toujours dans les mémoires fut réalisé par Pierre Deley et Robert Collet accompagnés des mécanos Albert Devillard, Jean Henriot, Dupas, et Sirven.

Les avions du Rallye n’ont fort heureusement pas eu à subir de telles mésaventures en survolant ces contrées toujours hostiles. Comme les jours précédents, les équipages ont bénéficié de vents favorables en basse couche réduisant le temps de vol entre les deux escales. Nombreux sont ceux qui en ont profité pour faire de belles prises de vues de leurs camarades dans ce décor somptueux éclairé par une lumière aveuglante et échanger les images à l’arrivée.

A Nouadhibou, la pompe à essence du terrain étant hors service, le ravitaillement en carburant s’est fait à l’ancienne en roulant les futs d’essence jusqu’aux avions pour les remplir avec les pompes à bras, que par sécurité l’équipe du Rallye Toulouse Saint-Louis emporte toujours sur le périple.

Dans l’ancienne capitale de la Mauritanie les équipages ont pu visiter l’un des premiers édifices de Port-Etienne construit en 1912 que des habitants de la ville nous présentent comme « la Maison des pilotes ». L’hypothèse reste à vérifier. Puis le repas du soir fût pris au centre de pêche sportive, sur la baie du Lévrier avec du poisson magnifique de la pêche du jour.

Demain direction St Louis pour la dernière étape aller du Rallye.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!