Portail Aeronautique et Spatial - Annuaire et Agenda Aero et Espace - Actualites aerospatiales - Chroniques et analyses aeronautiques - Global aerospace companies 2010 engineering & services

VOTRE COMPTE

SE CONNECTER | S'ENREGISTRER

Pour créer un compte personnel

Cliquez ici

Vous avez un compte, connectez-vous ci-dessous




Si vous avez oublié votre mot de passe

Cliquez ici

 Lundi 24 Novembre

 
Annuaire
Référencement
 
Catégories
> Administrations
> Aéroclub
> Aéroports
> Associations
> Aviation d'affaires
> Banques et finances
> Bureau d'étude
> Carburants
> Catering
> Compagnies Aériennes
> Conférences
> Constructeurs
> Défense
> Divers
> Droit aérien
> Emplois aero et spatial
> Environnement
> Équipementiers & systémiers
> Espace
> Evenements
> Formations aero
> Fournisseurs
> Grands projets
> Hélicoptères
> Ingénierie
> Innovations
> Journalistes aéronautiques
> Laboratoire spécialisé
> Locations Avions
> Logiciels aero
> Médias
> Motoristes
> MRO
> Musées aero
> Outillage
> Petit équipement
> Poles de competitivité
> Recherche & développement
> Salons aero
> Satellites & Remote sensing
> Services aero
> Social
> Sous-Traitants
> Technologies aero
> Tours opérateurs
> Transporteurs
> Vente d'avions
compteur de visites
compteur de visites


Chroniques AeroMorning Répondre
Autosuffisance - 10-05-2012
Delta va racheter une raffinerie de pétrole.

C’est un symbole fort, une première peu ordinaire et, d’une certaine manière, un puissant coup de gueule : Delta Air Lines, géant très influent du transport aérien américain, membre de SkyTeam et allié de longue date d’Air France-KLM, va produire une part de son kérosène dans sa propre raffinerie. Une forme nouvelle de concentration verticale qui, c’est le moins que l’on puisse dire, déroute les experts.
Le raisonnement est simple : les dirigeants de Delta, que leur facture annuelle de kérosène de douze milliards de dollars rend rêveurs et nerveux, ont choisi de briser la passivité ambiante. Aussi ont-ils décidé de racheter une raffinerie qui leur permettra, grâce à l’élimination des intermédiaires, de payer leur carburant sensiblement moins cher. Certes, le prix de l’or noir à la sortie des puits n’en sera pas modifié pour autant mais, de simples spectateurs impuissants, les financiers de Delta auront au moins le sentiment de devenir des acteurs et de lutter concrètement contre l’adversité.
En pratique, Delta va racheter à Phillips 66, pour 150 millions de dollars, une raffinerie située à Trainer, à proximité de Philadelphie. L’opération sera bouclée en juillet et, après avoir investi 100 millions supplémentaires dans les installations pour parfaire leur nouvelle vocation, elle alimentera de grands aéroports du nord-est américain, dont JFK et LaGuardia, couvrant à 80% la consommation des avions de Delta dans cette partie cruciale de son réseau. C’est BP qui fournira le brut. Richard Anderson, directeur général de Delta, pas peu fier de son initiative, prévoit que cette nouvelle manière de faire permettra d’économiser 300 millions de dollars par an. Ce qui n’est pas vraiment spectaculaire mais bon à prendre.
Pour illustrer les avantages sonnants et trébuchants de cette manière de faire sans précédent, Richard Anderson explique qu’en mettant en service soixante monocouloirs de nouvelle génération, l’économie de carburant atteindrait 250 millions de dollars par an. Pour l’obtenir, il en coûterait une mise de fonds initiale de deux milliards et demi de dollars. C’est une manière comme une autre de justifier cette concentration verticale, sans qu’il soit pour autant question de renoncer à un plan de longue haleine de rajeunissement de la flotte de 770 avions de la compagnie.
L’utilisation de kérosène autoproduit aura un impact comptable tout à fait réel, disent les financiers. Ainsi, sur un vol New York-Londres assuré en Boeing 777, Delta prévoit d’économiser de 4.000 à 5.000 dollars. Restera à décider s’il conviendra alors d’en faire bénéficier les actionnaires ou, au contraire, de saisir l’occasion pour diminuer les tarifs et acquérir de nouvelles parts de marché.
A l’échelle de Delta, qui réalise un chiffre d’affaires annuel de 35 milliards de dollars, la mise de fonds est proportionnellement modeste. Elle correspond grosso modo au prix catalogue d’un 777, avec la satisfaction (cela, personne ne le dit à haute voix) de faire un pied de nez au «système». Qui plus est, il s’agit de Delta et non pas d’un transporteur marginal en quête de publicité : 160 millions de passagers par an, 341 destinations, plus de 5.000 vols quotidiens. De quoi faire réfléchir la profession tout entière.
Pierre Sparaco - AeroMorning
Bookmark and Share


Poster une réponse
Completez le formulaire ci-dessous pour répondre à cette chronique.
Auteur
Message
Anti-spam
Saisir le code
 


Autres chroniques
2014-11-21 « Le 21e siècle sera spatial ou ne sera pas. »
2014-11-18 Quelques questions après l'accident du Virgin Galactic
2014-11-13 Logistique et chaîne des fournisseurs, savoir doser la mondialisation
2014-11-07 C’est parti pour le drone de combat franco-britannique
2014-10-30 Les PME se raccrochent aux programmes aéronautiques pour assurer leur croissance
2014-10-27 Quand les « grands » de l' aéronautique se penchent sur l'avion du futur
2014-10-21 Ebola : une poudrière pour le transport aérien ?
2014-10-16 Les dixièmes rencontres aéronautiques et spatiales de Gimont
2014-10-08 Noir c’est noir, la France se renforce dans la fibre de carbone
2014-10-03 Les Émirats arabes unis se lancent dans la course à l'Espace
2014-09-30 L’A320neo entrera en service commercial dans un an
2014-09-25 La grève à Air France : vous y comprenez quelque chose ?
2014-09-22 La maintenance aéronautique en haut de l’affiche
2014-09-17 La division maintenance d’AF_KLM veut devenir l’Acteur de référence sur le marché
2014-09-12 Vers une grève dure à Air France ?
2014-09-08 Mobilisation : l’industrie aérospatiale doit soutenir son Ecole
2014-09-05 Les aubes en carbone se taillent la part du lion
2014-09-01 Soyouz Galileo les russes vont ils participer.....
2014-08-28 Mondialisation ou démondialisation ?
2014-08-22 Un grand pas avant la mise en service de l 'Airbus A350. Il a terminé sans encombre l'épreuve de « route proving »
Voir toutes les chroniques »

Publicité


Portail Aeronautique et Spatial - Annuaire et Agenda Aero et Espace - Actualites aerospatiales - Chroniques aeronautiques de Pierre Sparaco - Evenements aeronautiques
aerospace engineering aerospace jobs aerospace services aerospace company ingenieur aeronautique airbus a 380
global aerospace 2010 aeronautique ecole aeronautique formation aeronautique emploi aeronautique