Portail Aeronautique et Spatial - Annuaire et Agenda Aero et Espace - Actualites aerospatiales - Chroniques et analyses aeronautiques - Global aerospace companies 2010 engineering & services

VOTRE COMPTE

SE CONNECTER | S'ENREGISTRER

Pour créer un compte personnel

Cliquez ici

Vous avez un compte, connectez-vous ci-dessous




Si vous avez oublié votre mot de passe

Cliquez ici

 Jeudi 24 Juillet

 
Annuaire
Référencement
 
Catégories
> Administrations
> Aéroclub
> Aéroports
> Associations
> Aviation d'affaires
> Banques et finances
> Bureau d'étude
> Carburants
> Catering
> Compagnies Aériennes
> Conférences
> Constructeurs
> Défense
> Divers
> Droit aérien
> Emplois aero et spatial
> Environnement
> Équipementiers & systémiers
> Espace
> Evenements
> Formations aero
> Fournisseurs
> Grands projets
> Hélicoptères
> Ingénierie
> Innovations
> Journalistes aéronautiques
> Laboratoire spécialisé
> Locations Avions
> Médias
> Motoristes
> MRO
> Musées aero
> Outillage
> Petit équipement
> Poles de competitivité
> Recherche & développement
> Salons aero
> Satellites & Remote sensing
> Services aero
> Social
> Sous-Traitants
> Technologies aero
> Tours opérateurs
> Transporteurs
> Vente d'avions
compteur de visites
compteur de visites


Chroniques AeroMorning Répondre
« NDDL » - 11-05-2012
Un problème aéroportuaire empoisonné sur le bureau de François Hollande

On ne risquait évidemment pas de l’oublier : l’hypothétique «aéroport international du Grand Ouest», alias Notre-Dame-des-Landes, dossier empoisonné, est déjà sur le bureau du Président élu de la République, avant même la formation du nouveau gouvernement. Grèves de la faim, défilés de tracteurs, manifestations en tous genres, NDDL fait face à une opposition qui n’a jamais faibli au fil des années. Et cela malgré un décret d’utilité publique daté du 10 février 2008, le choix d’un exploitant (Vinci) et une concession d’une durée de 55 ans. Puis, aujourd’hui, un prudent arrêt sur image, moratoire qui devrait faciliter la tâche de Jean-Marc Ayrault, maire de Nantes, député de Loire-Atlantique et chef de file du groupe PS à l’Assemblée nationale, défenseur acharné de NDDL. Il est ministrable, voire premier ministrable et les amis de François Hollande se devaient de lui retirer au plus vite ce caillou dans la chaussure.
Rien n’est résolu pour autant. On comprend l’agitation qui est survenue cette semaine mais, dans le meilleur des cas, le moratoire déplace le problème sans le résoudre, mis à part le fait qu’il sauve peut-être la vie de grévistes jusqu’au-boutistes. Sachant qu’Ayrault défendait NDDL au-delà du raisonnable, si ce n’est contre toute logique.

Le dossier, pour autant que l’on tente d’élever le débat, constitue une nouvelle caricature de la vie politique, dans tout ce qu’elle peut avoir de détestable. Un certain Jean-Louis Borloo, à la grande époque du Grenelle de l’environnement, avait décrété que la France ne construirait plus de nouveaux aéroports, que le moment était venu d’arrêter une dangereuse fuite en avant grande productrice de CO2. On sait que tout cela fut bien vite oublié !

Nantes n’en constitue pas moins un cas plus épineux qu’il n’y paraît à première vue. Le premier projet est né, au début des années soixante, d’une idée technocratique à la limite de la stupidité, créer en Bretagne un grand aéroport international destiné prioritairement à Concorde. En d’autres termes, les passagers se préparant à traverser l’Atlantique à Mach 2 auraient perdu plus de temps à rejoindre l’aéroport qu’ils en auraient gagné grâce à l’avion supersonique franco-britannique. Puis, après d’autres épisodes sans intérêt, en 1970, une mission parlementaire revint d’un voyage d’étude aux Etats-Unis avec l’idée de faire de Nantes/Saint-Nazaire «le Rotterdam aérien de l’Europe», c’est-à-dire un grand aéroport international voué au fret aérien. Vatry avant Vatry, en quelque sorte.

Tout cela est oublié. Mais l’aéroport actuel, Nantes Atlantique, n’en reste pas moins localisé à l’opposé de l’emplacement que supposerait la logique météorologique. D’où les très nombreux survols de la ville à basse altitude, le seul argument digne d’intérêt du dossier. Avec seulement 3 millions de passagers par an, toute notion de saturation est en effet exclue, avec ou sans Borloo. Autre sujet de perplexité, l’annonce de la construction de NDDL pour 556 millions d’euros, une enveloppe budgétaire qui situe l’opération bien en-deçà de la notion la plus optimiste de concept low cost. Etonnant !

Quoi qu’il en soit, Borloo est parti mais Europe écologie-Les Verts est toujours là, qui campe sur son petit 2% de voix aux élections présidentielles et, bien entendu, ne veut pas entendre parler de NDDL. Une deuxième bonne raison pour tirer Ayrault d’un mauvais pas alors que les trois coups du prochain quinquennat présidentiel n’ont pas encore retenti.

Il en résulte une première tout à fait inattendue, l’apparition de la politique aéroportuaire française dans la «grande» actualité, et cela pour une raison qui n’en vaut peut-être pas vraiment la peine. Le Président élu demande qu’il y ait discussion et concertation. En attendant, grues et bulldozers resteront au garage.
Pierre Sparaco-AeroMorning
Bookmark and Share

Les réponses à cette chronique

Je considère qu’il est fou de laisser les avions survoler à basse altitude le centre de la ville de Nantes. Si la chose était en région parisienne, l’aéroport aurait été déplacé depuis longtemps.
Pour moi, après le Grenelle de l’environnement il avait été dit qu’aucun nouvel aéroport ne serait construit en France à l’exception de Notre Dame des Landes.
Par : Jean Fleury - 2012-05-14

D'accord avec votre commentaire Jean Fleury. L'auteur de cet article admet tout de même que la localisation de l'aéroport actuel est un argument de poids que nul ne peut contester. Les avions survolent a basse altitude le centre et toute la banlieue sud et il faudrait qu'on continue a l'accepter sans rien dire sous prétexte de considérations écologiques ? Cela me fait bien rire ! Ça fait longtemps que les écolos ne sont plus préoccupes que par leur propre petit intérêt et non celui du plus grand nombre, pourquoi leur donne-t'on une telle audience ? Cet aeroport est voulu par la majorité des gens et il se fera. N'en déplaise a certains.
Par : Bertrand - 2012-11-03


Poster une réponse
Completez le formulaire ci-dessous pour ajouter votre réponse.
Auteur
Message
Anti-spam
Saisir le code
 


Autres chroniques
2014-07-21 L'avenir de la compagnie Hop ! expliqué et commenté par Lionel Guérin son président
2014-07-18 Les vols habités font toujours rêver
2014-07-15 Airbus assure l'animation de la première journée du salon aéronautique de Farnborough
2014-07-11 Boeing optimiste pour les vingt ans à venir
2014-07-04 La consolidation dans les aérostructures au point mort
2014-07-03 Désillusion pour Airbus Helicopters au Mali : le Caracal ingère le sable du désert et tombe en panne. Mécontentement chez les militaires.
2014-06-27 La Coupe du monde de football gonfle le trafic aérien vers le Brésil
2014-06-23 1 000 avions à la casse par an ? Un marché convoité
2014-06-17 Le ministre Le Drian rassure Eurosatory en annonçant le programme Scorpion
2014-06-13 Duel au sommet sous fond d’annulation de commande
2014-06-10 Un merveilleux spectacle aérien de six heures
2014-06-06 Le temps des hélices est revenu
2014-06-02 Le vol MH370 les recherches repartent de zéro
2014-05-30 Pourquoi ne pas parler plus souvent de valeur ajoutée ?
2014-05-27 Le salon EBACE de Genève
2014-05-22 Le vol AF447: que les experts se mettent d'accord, nous voulons savoir ce qu'il s'est réellement passé !
2014-05-20 Les matériaux composites ont le vent en poupe
2014-05-13 Le pari sensé de l'avion électrique d'Airbus
2014-05-12 Le KittyHawk, l’E-fan, le Solar Impulse ou le génie innovateur des PME
2014-05-09 Malaysia MH370 : un rapport préliminaire « un peu » vide…
Voir toutes les chroniques »

Publicité


Portail Aeronautique et Spatial - Annuaire et Agenda Aero et Espace - Actualites aerospatiales - Chroniques aeronautiques de Pierre Sparaco - Evenements aeronautiques
aerospace engineering aerospace jobs aerospace services aerospace company ingenieur aeronautique airbus a 380
global aerospace 2010 aeronautique ecole aeronautique formation aeronautique emploi aeronautique