Portail Aeronautique et Spatial - Annuaire et Agenda Aero et Espace - Actualites aerospatiales - Chroniques et analyses aeronautiques - Global aerospace companies 2010 engineering & services

VOTRE COMPTE

SE CONNECTER | S'ENREGISTRER

Pour créer un compte personnel

Cliquez ici

Vous avez un compte, connectez-vous ci-dessous




Si vous avez oublié votre mot de passe

Cliquez ici

 Samedi 29 Novembre

 
Annuaire
Référencement
 
Catégories
> Administrations
> Aéroclub
> Aéroports
> Associations
> Aviation d'affaires
> Banques et finances
> Bureau d'étude
> Carburants
> Catering
> Compagnies Aériennes
> Conférences
> Constructeurs
> Défense
> Divers
> Droit aérien
> Emplois aero et spatial
> Environnement
> Équipementiers & systémiers
> Espace
> Evenements
> Formations aero
> Fournisseurs
> Grands projets
> Hélicoptères
> Ingénierie
> Innovations
> Journalistes aéronautiques
> Laboratoire spécialisé
> Locations Avions
> Logiciels aero
> Médias
> Motoristes
> MRO
> Musées aero
> Outillage
> Petit équipement
> Poles de competitivité
> Recherche & développement
> Salons aero
> Satellites & Remote sensing
> Services aero
> Social
> Sous-Traitants
> Technologies aero
> Tours opérateurs
> Transporteurs
> Vente d'avions
compteur de visites
compteur de visites


Chroniques AeroMorning Répondre
Grizzly, alias Atlas - 23-05-2012
A400M : «le rêve devient réalité».

Il revient de loin, d’un tourbillon de retards, de difficultés budgétaires, d’hésitations techniques, d’explications embarrassées des sept Etats-Clients de la première heure. A un moment, au bord du précipice, le gros avion de transport militaire A400M a même risqué l’abandon pur et simple, le doute s’étant installé, y compris au sommet de la hiérarchie du groupe EADS. Ensuite, le réalisme a heureusement repris le dessus, le contrat originel de 2003 a bénéficié d’un solide amendement, chacune des parties concernées, industriels en tête, a accepté d’importantes concessions. Des moments difficiles, en passe d’être oubliés, le rêve étant devenu réalité, pour reprendre les termes de Fernando Alonso, directeur des vols de l’ensemble d’Airbus, tous programmes confondus.
Le rêve ? Après tout, ce n’est peut-être pas une exagération. Ce programme, remis sur les rails, montre tardivement que l’union fait la force, que les projets les plus ambitieux sont à la portée d’une Europe pragmatique. Y compris un transport militaire faisant la synthèse des besoins opérationnels de sept armées de l’Air, huit en incluant symboliquement le Luxembourg dans la liste des partenaires (un seul avion mais l’important est de participer). A terme, c’est-à-dire en 2015, la cadence de production du gros quadriturbopropulseur atteindra deux exemplaires et demi par mois. Options mises à part, 174 A400M sont actuellement commandés dont 53 par l’Allemagne, 50 par la France, 27 par l’Espagne, 22 par le Royaume-Uni. Un seul problème n’est pas résolu, mais il est tout à fait anecdotique : l’avion a été surnommé Grizzly par les équipages d’Airbus Military, officiellement baptisé sous ce nom par sa pétillante marraine, la championne du monde de voltige aérienne Catherine Maunoury. Mais les Britanniques refusent obstinément d’entériner ce choix : pour eux, l’A400M s’appellera Atlas. De toute manière, cela n’a aucune importance !
Cinq avions totalisent aujourd’hui 3.212 heures de vol, les essais touchent à leur fin, le premier exemplaire aux standards de la série prend forme sur la chaîne d’assemblage final de Séville et sera livré à l’armée de l’Air française dans les derniers jours de décembre. De premières grandes tournées de présentations ont déjà eu lieu, beaucoup d’autres sont prévues, le potentiel à l’exportation de l’A400M étant bien réel, plus moderne, plus performant que le Lockheed Martin C-130J vieillissant, plus abordable que l’imposant Boeing C-17. Tout à la fois tactique et stratégique, il est aussi un avion «civique» bien adapté aux missions humanitaires. Ce que ne manquent jamais de rappeler Domingo Urena Raso, directeur général d’Airbus Military et les principaux membres de sa garde rapprochée. Autre expression entendue à Madrid, l’A400M est un avion «tout à la fois militaire et humanitaire». Vu sous cet angle, il ne méritait en aucun cas de risquer l’abandon, d’autant que sa disparition aurait ouvert la voie à de mauvaises solutions de substitution.
Cédric Gautier, directeur du programme, ne résiste pas à l’emphase. C’est, clame-t-il, «un avion fantastique». Il va plus loin, plus vite, en volant plus haut, que d’autres prétendants. Et il capable de transporter une charge de 25 tonnes et, à l’arrivée, de se poser sur une piste herbeuse ou caillouteuse de 750 mètres de longueur seulement. Il quittera volontiers l’uniforme, le cas échéant, dans la mesure où il a déjà reçu l’homologation de l’AESA, l’Agence européenne pour la sécurité aérienne. Reste néanmoins à en parfaire rapidement la mise au point et, notamment, à remédier à quelques points faibles de son gros moteur TP400 de 11.000 ch entraînant d’immenses hélices en matériaux composites conçues par Ratier-Figeac. Un moteur dû à un consortium, Europrop International, que dominent Snecma et Rolls-Royce, et de loin le plus puissant de sa catégorie jamais conçu en Europe. Il y a là un symbole, celui d’une Europe de l’aéronautique qui n’a peur de rien.
Pierre Sparaco - AeroMorning
Bookmark and Share

Les réponses à cette chronique

Cet avion est un véritable bonheur pour toutes les raisons que vous évoquez. Moins médiatique, moins emblématique que l'A380 ou l'A350 il relève pourtant de choix tout aussi audacieux et téméraires pour arriver en final à un navions dont nous pouvons être fiers. Merci aux gens qui l'ont fait naitre.
Par : JL Dubuc - 2012-05-23


Poster une réponse
Completez le formulaire ci-dessous pour ajouter votre réponse.
Auteur
Message
Anti-spam
Saisir le code
 


Autres chroniques
2014-11-28 Spatial européen : cap sur 2020
2014-11-27 La triple surprise des visiteurs au salon aéronautique de Zhuhai
2014-11-21 « Le 21e siècle sera spatial ou ne sera pas. »
2014-11-18 Quelques questions après l'accident du Virgin Galactic
2014-11-13 Logistique et chaîne des fournisseurs, savoir doser la mondialisation
2014-11-07 C’est parti pour le drone de combat franco-britannique
2014-10-30 Les PME se raccrochent aux programmes aéronautiques pour assurer leur croissance
2014-10-27 Quand les « grands » de l' aéronautique se penchent sur l'avion du futur
2014-10-21 Ebola : une poudrière pour le transport aérien ?
2014-10-16 Les dixièmes rencontres aéronautiques et spatiales de Gimont
2014-10-08 Noir c’est noir, la France se renforce dans la fibre de carbone
2014-10-03 Les Émirats arabes unis se lancent dans la course à l'Espace
2014-09-30 L’A320neo entrera en service commercial dans un an
2014-09-25 La grève à Air France : vous y comprenez quelque chose ?
2014-09-22 La maintenance aéronautique en haut de l’affiche
2014-09-17 La division maintenance d’AF_KLM veut devenir l’Acteur de référence sur le marché
2014-09-12 Vers une grève dure à Air France ?
2014-09-08 Mobilisation : l’industrie aérospatiale doit soutenir son Ecole
2014-09-05 Les aubes en carbone se taillent la part du lion
2014-09-01 Soyouz Galileo les russes vont ils participer.....
Voir toutes les chroniques »

Publicité


Portail Aeronautique et Spatial - Annuaire et Agenda Aero et Espace - Actualites aerospatiales - Chroniques aeronautiques de Pierre Sparaco - Evenements aeronautiques
aerospace engineering aerospace jobs aerospace services aerospace company ingenieur aeronautique airbus a 380
global aerospace 2010 aeronautique ecole aeronautique formation aeronautique emploi aeronautique