http://www.artimage-video.com

Portail Aeronautique et Spatial - Annuaire et Agenda Aero et Espace - Actualites aerospatiales - Chroniques de Pierre Sparaco et analyses aeronautiques - Offres et demande d'emploi en aeronautique - Global aerospace companies 2010 engineering & services

VOTRE COMPTE

SE CONNECTER | S'ENREGISTRER

Pour créer un compte personnel

Cliquez ici

Vous avez un compte, connectez-vous ci-dessous




Si vous avez oublié votre mot de passe

Cliquez ici

 Vendredi 18 Avril

 
Annuaire
Référencement
 
Catégories
> Administrations
> Aéroclub
> Aéroports
> Associations
> Aviation d'affaires
> Banques et finances
> Bureau d'étude
> Carburants
> Catering
> Compagnies Aériennes
> Conférences
> Constructeurs
> Défense
> Divers
> Droit aérien
> Emplois aero et spatial
> Environnement
> Équipementiers & systémiers
> Espace
> Evenements
> Formations aero
> Fournisseurs
> Grands projets
> Hélicoptères
> Ingénierie
> Innovations
> Journalistes aéronautiques
> Laboratoire spécialisé
> Locations Avions
> Médias
> Motoristes
> MRO
> Musées aero
> Outillage
> Petit équipement
> Poles de competitivité
> Recherche & développement
> Salons aero
> Satellites & Remote sensing
> Services aero
> Social
> Sous-Traitants
> Technologies aero
> Tours opérateurs
> Transporteurs
> Vente d'avions
compteur de visites
compteur de visites


Chroniques AeroMorning Répondre
Homéopathie - 25-05-2012
Air France annonce enfin la couleur, à petites doses.

Nicolas Sarkozy n’est plus là pour imposer une mise en sourdine qui, de toute manière, était de circonstance, c’est-à-dire électoraliste et, par définition et nécessité, à durée limitée. Voici donc que commencent à sortir des tiroirs des plans sociaux et autres mauvaises nouvelles économiques, des secrets de Polichinelle. On les savait inévitables, le délai de décence a expiré, nous entrons dans le vif du sujet.
C’est Air France qui ouvre le bal. Avec de multiples précautions oratoires, l’équipe conduite par Alexandre de Juniac agissant avec une prudence de Sioux en choisissant l’homéopathie. D’où une première phase préparatoire faite de restructuration, de repositionnement, de nouvelles dispositions pour en arriver à reconnaître, au terme d’un communiqué bien tassé de trois pages à simple interligne, «qu’Air France aura à faire face à un sureffectif». Son ampleur devrait être précisée dans la seconde quinzaine du mois prochain et la discussion sur la manière de faire sera alors engagée : «éviter le recours aux départs contraints reste un objectif». En d’autres termes, il faudra patienter pour être en mesure de prendre la mesure des dégâts.
D’ici là, de premières mesures concrètes seront engagées, la plus spectaculaire d’entre elles étant le retrait de trente-quatre avions de la flotte de court/moyen-courriers. L’offre ne serait pas diminuée pour autant, dans la mesure où, grâce à la formule opérationnelle des «bases», directement inspirée de la manière de faire de Ryanair et EasyJet, les avions de la famille A320 devraient être utilisés plus intensément (une heure de vol de plus par jour pour chacun d’entre eux). Dans le même temps, la filiale Transavia devrait être sensiblement renforcée et aligner peu à peu une vingtaine d’appareils, contre huit actuellement.
Curieusement, Air France présente Transavia comme le volet «loisirs» de son offre revue et corrigée, ce qui revient à dire qu’elle ne franchit toujours pas le Rubicon pour tenter d’en faire une low cost à part entière. Alors qu’au même moment, EasyJet reconnaît déployer d’importants moyens commerciaux pour attirer une part croissante de trafic d’affaires. Enfin, même si ce n’est pas dit explicitement, le pôle régional (Regional, Britair et Airlinair) devrait être regroupé pour constituer un ensemble cohérent. Ce qui suppose d’ailleurs une rationalisation des moyens mis en œuvre, c’est-à-dire une diminution du nombre d’avions de types différents, Bombardier, Embraer et ATR.
Il n’est pas question de reprocher aux dirigeants d’Air France un quelconque manque d’imagination, les recettes du redressement espéré ne pouvant sans doute pas reposer sur d’autres méthodes. Et, quoi qu’on en dise, dans la mesure où la manière de faire homéopathique permet d’exclure l’usage des mots qui fâchent, le pire est à venir. En effet, Air France voit arriver la facture d’un fort manque de réactivité dans un monde aérien qui a profondément changé, non pas du jour au lendemain, mais depuis une quinzaine d’années. Les compagnies low cost européennes vont franchir cette année le cap des 200 millions de passagers annuels et leur irrésistible ascension ne constitue évidemment plus un phénomène nouveau. Une contre-attaque aurait dû être beaucoup plus rapide, à supposer que les rouages profondément traditionnels d’Air France l’auraient permis.
Transavia n’est pas, en effet, une filiale low cost : c’est plutôt une compagnie proche dans l’esprit du concept charter, mais qui n’avoue pas son nom et a discrètement succédé à Air Charter International. Lui confier vingt avions à l’horizon 2015/2016 permet d’estimer le rapport des forces en présence : a titre de comparaison, les membres du groupement ELFAA (European Low-Fare Airlines Association) exploitent actuellement 800 appareils et disposent ainsi d’une force de frappe redoutable. Mais, de toute manière, il est exclu de faire cohabiter pacifiquement sous un même toit une low cost et une compagnie traditionnelle.
On comprend mieux, en revanche, qu’Air France cherche à positionner sa première et sa classe affaires «au meilleur niveau mondial» dans la mesure où c’est son cœur de métier. C’est là un point fort, conforté par ce qu’il est convenu d’appeler le plan Transform 2015 qui doit permettre de restaurer une compétitivité qui n’aurait jamais dû s’évaporer. Dans le jargon de la sécurité aérienne, on dirait que le problème fait suite à une dangereuse perte de vigilance, avec ignorance de phénomènes précurseurs.
Reste à savoir si le gel des embauches et un plan de départs volontaires, combiné à la contraction d’une partie de la flotte, permettront de réduire les coûts de 2 milliards d’euros en 3 ans. Mais il n’est évidemment pas interdit de croire aux mérites de l’homéopathie.
Pierre Sparaco - AeroMorning
Bookmark and Share


Poster une réponse
Completez le formulaire ci-dessous pour répondre à cette chronique.
Auteur
Message
Anti-spam
Saisir le code
 


Autres chroniques
2014-04-16 Du siège de Solar Impulse aux sièges présentés à Hambourg
2014-04-15 Un nouvel épisode de la guerre Airbus-Boeing
2014-04-07 Un nouveau succès spatial pour l'Europe
2014-04-04 Les terroristes du vol MH370 : le crash de l’info
2014-04-02 Le défi de Jean-Claude Maillard sur la bonne pente
2014-03-31 La belle semaine chinoise du groupe Airbus
2014-03-27 Alerte russe sur la supply-chain occidentale
2014-03-24 Thomas Pesquet, futur astronaute français, sera en 2016 à bord de la station internationale, l'ISS
2014-03-19 DASSAULT en baisse l'an passé mais pas de péril en la demeure .
2014-03-18 Reims Aviation Industries joue sa survie
2014-03-13 Guerre commerciale et défis technologiques
2014-03-11 Des hélicoptères pour lutter contre la désertification médicale de la France.
2014-03-07 Concorde revole : une douce utopie…
2014-03-07 Luxe ? Non, Bombardier veut juste être plus réactif et reconquérir le marché
2014-03-03 Embraer publie ses résultats : le constructeur brésilien a fait le job l’an passé.
2014-02-28 Airbus Group revampe ses activités défense et espace pour mieux attaquer les marchés
2014-02-24 Un joyau à la française : le groupe Safran termine une année exceptionnelle
2014-02-21 F-35 Joint Strike Fighter – Acte II
2014-02-19 La DGA a géré son budget au plus près
2014-02-17 Quand Aerolia la picarde participe à l'industrie aéronautique mondiale
Voir toutes les chroniques »

Publicité


Portail Aeronautique et Spatial - Annuaire et Agenda Aero et Espace - Actualites aerospatiales - Chroniques aeronautiques de Pierre Sparaco - Evenements aeronautiques
aerospace engineering aerospace jobs aerospace services aerospace company ingenieur aeronautique airbus a 380
global aerospace 2010 aeronautique ecole aeronautique formation aeronautique emploi aeronautique