http://www.artimage-video.com

Portail Aeronautique et Spatial - Annuaire et Agenda Aero et Espace - Actualites aerospatiales - Chroniques de Pierre Sparaco et analyses aeronautiques - Offres et demande d'emploi en aeronautique - Global aerospace companies 2010 engineering & services

VOTRE COMPTE

SE CONNECTER | S'ENREGISTRER

Pour créer un compte personnel

Cliquez ici

Vous avez un compte, connectez-vous ci-dessous




Si vous avez oublié votre mot de passe

Cliquez ici

 Lundi 21 Avril

 
Annuaire
Référencement
 
Catégories
> Administrations
> Aéroclub
> Aéroports
> Associations
> Aviation d'affaires
> Banques et finances
> Bureau d'étude
> Carburants
> Catering
> Compagnies Aériennes
> Conférences
> Constructeurs
> Défense
> Divers
> Droit aérien
> Emplois aero et spatial
> Environnement
> Équipementiers & systémiers
> Espace
> Evenements
> Formations aero
> Fournisseurs
> Grands projets
> Hélicoptères
> Ingénierie
> Innovations
> Journalistes aéronautiques
> Laboratoire spécialisé
> Locations Avions
> Médias
> Motoristes
> MRO
> Musées aero
> Outillage
> Petit équipement
> Poles de competitivité
> Recherche & développement
> Salons aero
> Satellites & Remote sensing
> Services aero
> Social
> Sous-Traitants
> Technologies aero
> Tours opérateurs
> Transporteurs
> Vente d'avions
compteur de visites
compteur de visites


Chroniques AeroMorning Répondre
Brégier, tout simplement - 04-06-2012
Un « nouveau » pilote aux commandes d’Airbus.

C’est une lourde responsabilité, qui s’exprime en deux mots : «patron d’Airbus». Elle repose à présent sur les épaules de Fabrice Brégier, 51 ans le mois prochain, polytechnicien, ingénieur en chef des Mines, tout à la fois brillant et discret, plutôt atypique pour un «Lagardère Boy». Un titre de gloire dont il ne se prévaut guère dans la mesure où il implique aux yeux de certains une connotation vaguement péjorative au sujet de laquelle les bons spécialistes affichent des avis souvent contradictoires. Tout le monde, il est vrai, regrette le charisme et l’audace de Jean-Luc Lagardère. Et les mêmes s’interrogent à propos de son fils Arnaud, désormais président du conseil d’administration d’EADS, une erreur de casting. D’autant qu’il vendra sa participation et se retirera très probablement du groupe dans les deux ans.
Quoi qu’il en soit, Fabrice Brégier arrive solidement armé à la tête du numéro 1 mondial de la construction aéronautique civile. Il occupe depuis quelques jours un poste enviable, remarquable, impressionnant. D’autant que la liste de ses prédécesseurs illustre quatre décennies de conquête, de combats, de défis, de l’industrie aéronautique européenne. Après Henri Ziegler, Roger Béteille de Felix Kracht, d’autres grands personnages ont construit cette réussite exemplaire, à commencer par Bernard Lathière et Jean Pierson. Puis vinrent Noël Forgeard, précisément le plus illustre des membres du clan Lagardère, Louis Gallois et, enfin, Thomas Enders, premier non Français à s’installer dans le fauteuil de président exécutif. Il l’a fait avec un doigté qui n’avait rien de latin mais a suscité le respect, en même temps qu’il se préparait à prendre les rennes de la maison-mère.
Dans le même temps, Fabrice Brégier a beaucoup travaillé, avec rigueur, à sa manière. C’est-à-dire sans chercher à se placer sous le feu des projecteurs mais en maîtrisant parfaitement ses dossiers. Il avait débuté comme conseiller technique dans des ministères, sans doute une bonne entrée en matière, mais il s’est ensuite écarté des ors des palais de la république pour prendre, très jeune, de solides responsabilités chez Lagardère. Et, détail remarquable, très tôt, il a travaillé avec des collègues allemands en qualité de président du groupement d’intérêt économique chargé du missile Apache, développé par Matra Défense et Daimler-Benz Aerospace. Une entrée en matière prémonitoire.
Il a ensuite poursuivi sa route, un sans-faute, à la direction des programmes Scalp et Storm Shadow, étape qui l’a tout naturellement conduit à diriger Matra BAe Dynamics puis le missilier MBDA. En février 1993, nanti d’un C.V. déjà impressionnant, il a pris la direction du sud-est pour diriger Eurocopter, numéro 1 mondial des voilures tournantes, une belle entreprise franco-allemande et fière de l’être. Puis, en 2006, il a quitté Marignane pour Toulouse pour s’asseoir dans le siège de directeur général opérationnel (chief operating officer en américano-eurosprechen version EADS) d’Airbus. Un poste lourd, délicat, dans la mesure où lui revenait la responsabilité de mener à bien le difficile plan Power 8 visant à permettre à Airbus de réussir un grand bond en avant en matière de productivité. Fabrice Brégier et Thomas Enders ont alors fait preuve d’une redoutable complémentarité, à la plus grande satisfaction de Louis Gallois. Deux cultures précieusement complémentaires, d’autant bienvenues que les difficultés s’étaient alors accumulées. Non seulement le prix à payer pour l’euro cher confronté à un dollar faible, mais aussi le démarrage chaotique de la production de l’A380, la coûteuse dérive financière de l’A400M puis le pari risqué de l’A350, challenger du Boeing 787.
Compétent, prudent, fort d’une connaissance exceptionnellement approfondie des rouages d’Airbus, Fabrice Brégier va maintenant s’appuyer sur une garde rapprochée pour l’essentiel mise en place par Louis Gallois et Thomas Enders. A commencer par Tom Williams, directeur des programmes, John Leahy, directeur commercial, Charles Champion, directeur général technique et Domingo Urena-Raso, patron d’Airbus Military. Il y a là beaucoup de savoir-faire, par exemple avec Didier Evrard, responsable du programme A350.
Airbus, constamment à la croisée des chemins, doit aussi impérativement réussir, à court terme, une nouvelle montée en cadence de ses «monocouloirs», d’une part, de l’A330, d’autre part. Dans le même temps, l’A380 devra enfin trouver son rythme de croisière et, bien sûr, l’entrée en service de l‘A350, livrable à partir de 2014, jouera un rôle primordial dans la réussite à court terme de l’avionneur. Puis viendront très vite d’autres défis, à commencer par celui que constitue la fin annoncée du duopole Airbus-Boeing. Seul un homme parfaitement préparé à une tâche de cette envergure pouvait prendre à bras le corps la direction d’Airbus. C’est chose faite.
Pierre Sparaco - AeroMorning
Bookmark and Share


Poster une réponse
Completez le formulaire ci-dessous pour répondre à cette chronique.
Auteur
Message
Anti-spam
Saisir le code
 


Autres chroniques
2014-04-16 Du siège de Solar Impulse aux sièges présentés à Hambourg
2014-04-15 Un nouvel épisode de la guerre Airbus-Boeing
2014-04-07 Un nouveau succès spatial pour l'Europe
2014-04-04 Les terroristes du vol MH370 : le crash de l’info
2014-04-02 Le défi de Jean-Claude Maillard sur la bonne pente
2014-03-31 La belle semaine chinoise du groupe Airbus
2014-03-27 Alerte russe sur la supply-chain occidentale
2014-03-24 Thomas Pesquet, futur astronaute français, sera en 2016 à bord de la station internationale, l'ISS
2014-03-19 DASSAULT en baisse l'an passé mais pas de péril en la demeure .
2014-03-18 Reims Aviation Industries joue sa survie
2014-03-13 Guerre commerciale et défis technologiques
2014-03-11 Des hélicoptères pour lutter contre la désertification médicale de la France.
2014-03-07 Concorde revole : une douce utopie…
2014-03-07 Luxe ? Non, Bombardier veut juste être plus réactif et reconquérir le marché
2014-03-03 Embraer publie ses résultats : le constructeur brésilien a fait le job l’an passé.
2014-02-28 Airbus Group revampe ses activités défense et espace pour mieux attaquer les marchés
2014-02-24 Un joyau à la française : le groupe Safran termine une année exceptionnelle
2014-02-21 F-35 Joint Strike Fighter – Acte II
2014-02-19 La DGA a géré son budget au plus près
2014-02-17 Quand Aerolia la picarde participe à l'industrie aéronautique mondiale
Voir toutes les chroniques »

Publicité


Portail Aeronautique et Spatial - Annuaire et Agenda Aero et Espace - Actualites aerospatiales - Chroniques aeronautiques de Pierre Sparaco - Evenements aeronautiques
aerospace engineering aerospace jobs aerospace services aerospace company ingenieur aeronautique airbus a 380
global aerospace 2010 aeronautique ecole aeronautique formation aeronautique emploi aeronautique